2008 log (9)

(1 Sep) No Country for Old Men (2007, Ethan & Joel Coen) [ review ] 77

(2 Sep) C’est pas moi, je le jure! (2008, Philippe Falardeau) 82
[ Reviewed for Voir ]

(4 Sep) Righteous Kill (2008, Jon Avnet) 15
[ Reviewed for Voir ]

(5 Sep) La Moitié gauche du frigo (2000, Philippe Falardeau) 67
[ This faux-vérité film about an unemployed engineer’s struggles to find work is both a character study/showcase for actor Paul Ahmarani and a Michael Moore-style leftist treatise about the failings of the capitalist system. Good stuff. ]

(6 Sep) Able Danger (2008, Paul Krik) 54
[ Reviewed for Voir ]

(8 Sep) The Women (2008, Diane English) 6
[ Reviewed for Voir ]

(8 Sep) Gegenüber (2008, Jan Bonny) 63
[ Reviewed for Voir ]

(10 Sep) La Génération 101 (2008, Claude Godbout) 65
[ Reviewed for Voir ]

(18 Sep) Choke (2008, Clark Gregg) 56
[ Reviewed for Voir ]

(19 Sep) Respect Yourself: The Stax Records Story (2007, Robert Gordon & Morgan Neville) 68
[ Reviewed for Voir ]

(20 Sep) Vicky Cristina Barcelona (2008, Woody Allen) 71
[ Part of the Directors Series ]

(23 Sep) Gonzo: The Life and Work of Dr. Hunter S. Thompson (2008, Alex Gibney) 66
[ Loin d’aspirer à la sacro-sainte objectivité, le journalisme gonzo embrasse les digressions et les élucubrations, le reporter allant jusqu’à se mettre lui-même en scène dans ses articles. Cette forme d’écriture fut perfectionnée par le défunt Hunter S. Thompson, sujet de ce documentaire d’Alex Gibney (Taxi to the Dark Side) où s’entremêlent la vie, l’oeuvre et l’époque à laquelle a vécu l’écrivain. Thompson a été un témoin privilégié de l’explosion de la contre-culture aux États-Unis dans les années 1960, une période qui n’a peut-être jamais été aussi bien cristallisée qu’à travers ses écrits tour à tour cyniques et idéalistes, amusés et enragés, visionnaires et hallucinatoires. Gonzo: The Life and Work of Dr. Hunter S. Thompson illustre bien le tout, relatant tous les moments marquants de la carrière de ce journaliste atypique: l’année qu’il a passée à suivre les Hells Angels, son fameux périple à Las Vegas à la recherche de l’illusoire rêve américain, sa couverture de la campagne de George McGovern lors des élections présidentielles de 1972… Le film passe ensuite rapidement à travers le reste de sa vie, un choix heureux car, bien que Thompson ait toujours eu des tendances autodestructrices, il s’est alors encore plus laissé emporter par son obsession pour l’alcool, les drogues et les armes à feu. Devenu aussi caricatural que l’oncle Duke, le personnage de la bande dessinée Doonesbury qu’il a inspiré, le père du journalisme gonzo n’a plus que rarement été sous les feux des projecteurs pendant les années menant à son suicide, en 2005. Incluant des interventions de Ralph Steadman, dont les illustrations sont indissociables de l’oeuvre de Thompson; de ses épouses successives; de Jann Wenner, son éditeur chez Rolling Stone, magazine où il a longtemps sévi; ainsi que de politiciens tels que Jimmy Carter, Pat Buchanan et George McGovern, le documentaire de Gibney fait par ailleurs appel à un grand nombre d’images d’archives, agencées de façon évocatrice par le cinéaste. Moins convaincantes sont les quelques reconstitutions dramatiques et la trame sonore composée presque uniquement de clichés musicaux des années 1960. Au final, la grande force de Gonzo réside dans les livres et articles de Thompson eux-mêmes, dont Johnny Depp, l’interprète de l’auteur dans Fear and Loathing in Las Vegas, lit de nombreux passages à travers le film. ]

(24 Sep) Rockabilly 514 (2008, Patricia Chica & Mike Wafer) 60
(26 Sep) The Soda Machine (2008, Sophie Fortier & Audrey Gauthier) 65
(27 Sep) You Are Free (2008, Bryan Johnson) 67
[ Reviewed for Voir ]

(24 Sep) Nick & Norah’s Infinite Playlist (2008, Peter Sollett) 64
[ Reviewed for Voir ]

(27 Sep) Papa à la chasse aux lagopèdes (2008, Robert Morin) 76
[ Reprenant le concept de la fausse vidéo maison comme dans Yes Sir! Madame… et Petit Pow! Pow! Noël, Robert Morin livre un autre jouissif brûlot, dans lequel un émule de Vincent Lacroix (extraordinaire François Papineau, seul à l’écran dans presque toutes les scènes) tourne un film où il tente de justifier ses actions à ses filles. À la fois une attaque en règle contre le capitalisme sauvage et le portrait d’un petit rêveur devenu un grand crosseur, Papa à la chasse aux lagopèdes confirme le grand talent de Morin qui, avec pratiquement rien d’autre qu’une caméra, un acteur et ce qui les entoure, crée une foule de moments drôles, touchants ou qui font réfléchir. ]

(29 Sep) Afterschool (2008, Antonio Campos) 92
(29 Sep) Martyrs (2008, Pascal Laugier) 78
(30 Sep) Demain (2008, Maxime Giroux) 70
[ Part of our Nouveau Cinéma coverage ]

(30 Sep) Adam’s Wall (2008, Michael Mackenzie) 41
[ Reviewed for Voir ]

August / October